Remplir sa première déclaration d'impôt

En tant que citoyen Français, vous êtes tenu de déclarer vos revenus à l’administration fiscale chaque année.

L’entrée en vigueur du prélèvement à la source ne vous dispense d’aucune déclaration. Toutefois, cette année est la dernière durant laquelle vous déclarez vos revenus de l’année précédente.
Si vous changez de situation et que vous n’êtes plus rattaché au foyer fiscal de vos parents, vous êtes considéré comme indépendant aux yeux de l’administration fiscale. Vous devrez alors effectuer votre propre déclaration de revenus. Dans la limite d’une seule déclaration par foyer.
Alors, comment déclarer mes revenus ? Que dois-je déclarer ? Quelles sont les subtilités en matière d’imposition cette année ?

On vous dit tout.

Comment effectuer ma première déclaration de revenus ?

Vous disposez de 2 options :

  • Compléter votre déclaration directement sur le site www.impots.gouv.fr.
    Cela concerne les personnes ayant déjà reçu leurs identifiants et disposant d’une connexion internet.
  • Faire le choix du formulaire papier.
    Pour cela, rendez-vous auprès de votre Centre des Finances Publiques de votre domicile (demander le formulaire n°2042), ou sur le site impots.gouv via la barre de recherche située en haut de chaque page du site.
    Si vous n’avez reçu aucun courrier de l’administration fiscale contenant vos identifiants, vous serez dans l’obligation d’effectuer votre déclaration en version papier.

Vous pourrez l’effectuer sur internet l’année suivante, une fois vos identifiants obtenus.

Quelles sont les dates de remise de vos déclarations d'impôt ?

Les délais sont plus courts pour les envois de formulaire papier. Ce dernier est retirable au début du mois de mai et doit être renvoyé au centre des impôts de votre domicile, avant le 16 mai 2019.

Concernant votre déclaration en ligne, l’ouverture du service a lieu le 10 avril 2019. Vous disposez de quelques jours de délais supplémentaires en fonction de votre zone de résidence. Les zones sont découpées en trois, selon votre département.

 

Pour les départements allant de l’Ain (n°01) à la Corrèze (19) ainsi que les contribuables non-résidents en France : le 21 mai 2019.
Pour les deux départements Corses (n°20) jusqu’au  Maine-et-Loire (49) : 29 mai 2019.
Pour les départements allant de la Manche (n°50) aux départements d’Outre-mer 974/976 : 4 juin 2019.

Quels revenus dois-je déclarer ?

Tous les revenus perçus au cours de l’année précédant la déclaration sont à prendre en compte. Ceux-ci comprennent :

Les revenus salariaux

Ils correspondent à la somme de tous vos salaires nets perçus au cours de l’année 2018. Le calcul de ce revenu comprend la quotité du temps de travail et le nombre de jours travaillés du salarié.

Les revenus professionnels (BIC)

Si vous exercez une activité commerciale, artisanale ou industrielle, vos revenus seront imposables en tant que bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Ce bénéfice sera déterminé en fonction des dates auxquelles vous avez exercé vos activités. Cette méthode de calcul est appelée « comptabilité d’engagement ».

Le calcul prend en compte le total des factures émises par votre entreprise même si elles ne sont pas encore payées par vos clients à la fin de votre exercice comptable. Libre à vous de choisir votre date de clôture.

Si vous souhaitez vous faire conseiller sur le sujet, n’hésitez pas à faire appel à des experts de la finance.

Vos revenus non professionnels (BNC)

Les revenus non professionnels sont imposables dans la catégorie des bénéfices non commerciaux (BNC). Ils entrent en compte dans le cadre de l’exercice d’une profession libérale (ex : architecte, médecin…).

Contrairement aux revenus professionnels, le bénéfice est déterminé en fonction des seules créances payées par les clients ainsi que les seules dépenses que vous aurez payé à vos fournisseurs.

Cette méthode appelée « comptabilité de trésorerie », prend simplement en compte ce qui a été payé dans le calcul du bénéfice imposable.

La fin de l’exercice comptable est fixée au 31 décembre pour les BNC.

Les revenus fonciers

Liés aux profits tirés des locations vides, les revenus fonciers sont soumis à l’impôt sur le revenu. La plupart d’entre eux proviennent des loyers encaissés au cours de l’année civile. Les charges locatives versées par le locataire ne sont en revanche pas à déclarer.

Les plus values immobilières

Celles-ci correspondent à la différence entre le prix d’acquisition d’un bien et celui de sa cession. Sont imposables, les plus-values que vous avez réalisées dans le cadre de la cession :

  • D’immeubles bâtis ou non bâtis (appartement, maison, ou terrain…)
  • De droits réels immobiliers (usufruit, nue-propriété…)
  • De parts de sociétés immobilières.

La plus-value peut également s’agir d’un échange de biens, d’un partage ou d’un apport.

Les revenus de capitaux mobiliers

Ce sont les revenus tirés de vos placements financiers. Chaque placement à des règles particulières d’imposition. Certains en sont exonérés ou sont soumis au prélèvement libératoire, d’autres sont imposables.

Les revenus de capitaux mobiliers sont pré-remplis dans votre déclaration. Veillez à bien les vérifier et à les rectifier en cas d’erreur. Les corrections sont facilement réalisables, à l’aide d’un simple clic dans les cases correspondantes.

Dans la déclaration papier, des cases blanches sont prévues à cet effet.

Vous pourrez retrouver les sommes à indiquer dans votre déclaration d’impôt :

  • sur le récapitulatif n°2561 ter que vous a adressé l’établissement payeur des revenus dans le cas où il est basé en France
  • sur la déclaration n°2047 que vous souscrivez lorsque l’établissement payeur des revenus est basé à l’étranger.

Je suis étudiant : que dois-je déclarer aux impôts ?

En tant qu’étudiant, vous avez la possibilité de rester rattaché au foyer fiscal de vos parents à condition de justifier votre statut d’étudiant.

Cependant, rien ne vous empêche d’effectuer votre propre déclaration. Elle peut même être plus avantageuse si vous touchez des revenus personnels ou une pension alimentaire.
Dans les 2 cas, vous ou votre parent devra déclarer :

  • Les revenus de vos jobs étudiants dépassant la limite annuelle de 3 fois le montant du SMIC mensuel (4440 €).
    Si vos revenus de 2018 sont inférieurs à cette somme, vous n’avez rien à déclarer.
  • Les indemnités de stage au-delà de 17 000 €.
    En dessous de ce montant, vous n’avez rien à déclarer également.
  • Les allocations d’année préparatoire et les allocations d’institut universitaire de formation des maîtres.
  • Les bourses d’études allouées pour des travaux de recherche.